Bien être mental
Laisser un commentaire

Népal : une jeune femme meurt asphyxiée après avoir été forcée de dormir dehors pendant ses règles

Une tragique histoire. Un non-sens. Une abomination. Dormir dehors pour le seul motif d’être en période de menstruations. Oui au XXIe siècle, ces pratiques sont encore communes. Le drame s’est produit dans une région rurale du Népal où les températures hivernales dégringolent souvent sous la barre du zéro. Mais qu’importe le temps, les conditions météorologiques, et le climat, les adolescentes et les femmes sont dans l’obligation de dormir dehors lorsqu’elles sont en période de menstruation. Un rite, pourtant interdit depuis 2005 qui a coûté la vie à plusieurs femmes.

Un culte abominable

En effet, certaines traditions et cultes régissent le corps des femmes et les mettent en danger. Considérées comme impures, elles se retrouvent chassées de leur foyer pour vivre dans des petites huttes non chauffées. Abandonnées à leur propre existence, les femmes doivent alors se protéger elles-mêmes des dangers qui les menacent. Surtout, elles doivent lutter contre le froid. Et c’est cette lutte qui a tué cette jeune femme de 21 ans.  Car pour se réchauffer un petit peu, elle a tenté d’allumer un feu. Elle en est morte, asphyxiée. 

Bannies, rejetées, mises dehors comme des parias

Pendant leurs menstruations, une pratique hindoue appelée « chaupadi » pousse les femmes à se tenir éloignées de leurs enfants, maris et même du bétail ! Cette tradition commence alors à l’adolescence, où les jeunes filles sont isolées durant 13 jours lors de leur premier et second cycle de menstruations. Puis, elles sont écartées du foyer pendant 7 jours des troisièmes règles.

menstruations-chaupadi-nepal

Le « chaupadi » s’accompagne également de nombreux interdits : durant leurs menstruations, les femmes n’ont pas le droit de participer à des fêtes familiales ou religieuses, comme les mariages. Et les restrictions ne s’arrêtent pas là : il est défendu aux femmes étant période de règles, de manger de la viande, des fruits,  ou encore des légumes verts. Leur accès à l’eau est lui aussi réduit, puisqu’elles n’ont pas le droit d’utiliser les points d’eau habituels. Très répandue en Inde et au Népal, cette tradition a coûté la vie à plusieurs femmes ces dernières années. En juillet 2017, une Népalaise de 18 ans est décédée mordue par un serpent.  

Chez les Roberts, on aimerait rappeler une petite chose à ces hommes qui pratiquent encore le « chaupadi » : penser qu’une femme est un être impur lorsqu’elle a ses règles, c’est oublier que ces fameuses règles sont nécessaires à engendrer leur descendance.  


 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s